1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2024-05-08 | Readers 165 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le mois du Ramadan 1445H à Gaza


Le mois du Ramadan1445H

à Gaza

Avant, au mois de Ramadan, après la rupture du jeûne, les petits enfants couraient dans les ruelles étroites et sinueuses en criant « Ramadan Kareem ya-Allah », leurs rires résonnant à droite et à gauche. Le territoire palestinien côtier densément peuplé arborait un look festif avec une galaxie de lanternes ornant les rues bondées. Les mosquées résonnaient de prières et de supplications émouvantes et ajoutaient une aura de spiritualité au bonheur des gens.

C’était avant, il y a bien longtemps... tant cette guerre génocidaire lancée par l’empire américano-sioniste et entrée dans son sixième mois, semble interminable. Le mois béni de Ramadan est à nouveau là mais un étrange silence a remplacé l’agitation des enfants, la tristesse et le malheur leur joie et leur excitation. La prison à ciel ouvert s’est transformée en un cimetière à ciel ouvert et en un champ de ruines.

Cependant les habitants palestiniens des territoires assiégés, bien que fatigués par la guerre, n’ont pas abandonné leur foi !

Même ! Cette année, plus que les années précédentes, le mois béni de Ramadan fut une occasion de manifester leur résistance et leur espoir indomptables, leur foi inébranlable, conformément au véritable esprit des enseignements coraniques.

Depuis le début du mois sacré de jeûne, les Palestiniens déplacés vers le sud de la bande de Gaza ont installé des lampes et des guirlandes lumineuses devant leurs tentes en plastique, faisant la joie des enfants.

L’illumination apparaît comme un éclair de fête et de célébration, dans une scène dominée par la mort et la destruction, et fait oublier un court temps les menaces incessantes de l’occupant sioniste d’envahir le sud et la ville de Rafah, où ont été poussés les habitants de la bande de Gaza, pour achever leur plan de les massacrer et de détruire totalement les lieux.

De nombreux Palestiniens espéraient que les bombardements israéliens s’arrêteraient durant le mois sacré du Ramadan.

Même le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait appelé à « faire taire les armes » pendant le mois de Ramadan !

Mais le régime israélien a bloqué tous les efforts visant à parvenir à un accord de trêve, résolu à détruire le tissu religieux et culturel de Gaza. Son ministre du Patrimoine, Amihai Eliyahu, a même ouvertement appelé à « anéantir » le mois du Ramadan !

C’est lui-même qui avait suggéré au régime d’utiliser les armes nucléaires pour détruire le territoire côtier assiégé !

Ainsi l’entité sioniste a poursuivi ses bombardements aveugles pendant ce mois sacré sur toute la bande de Gaza.

Pire encore, elle a utilisé la faim comme arme de guerre contre les Palestiniens !

Et tout cela sous la bénédiction américaine !

 

Aussi la dimension spirituelledu jeûne durant le mois béni de Ramadan a-t-elle aidé les Palestiniens à supporter cette famine imposée, leur permettant de dominer les affres de la faim, dans la voie divine tout en se rapprochant davantage de Dieu en L’invoquant.

Dieu n’est-Il pas le Sauveur de celui qui n’a pas de sauveur, le Compagnon miséricordieux de celui qui n’a pas de compagnon miséricordieux, le Refuge de ceux qui n’ont pas de refuge ?

La rupture du jeûne se fait assis par terre, parmi les débris des bâtiments détruits par les frappes aériennes israéliennes. Les gens se réunissent, malgré les bombardements, pour ne pas laisser seuls qui a perdu sa famille, ses enfants, qui s’est retrouvé seul, orphelin sans père ni mère…

Ils doivent aussi se contenter de manger ce qu’ils ont réussi à trouver pendant la journée, de l’herbe, de la « farine » (principalement composée d’aliments pour animaux, difficiles à cuire et à avaler) et dans le meilleur des cas, de la nourriture en conserve.

L’eau, quand elle est présente, est aussi très limitée.

Le pire est sans doute dans le nord où des personnes, des enfants pour la plupart, sont mortes de malnutrition et de déshydratation.

PRIER DANS LES RUINES

De même, les bombes larguées sur les maisons et les rues et les tirs des francs-tireurs sur tout ce qui bouge n’ont pas empêché de faire des prières collectives.

Et surtout dans les ruinesdes mosquées détruites par les frappes aériennes américano-sionistes !

C’est que, selon les autorités locales de Gaza, l’armée d’occupation sioniste a détruit la plupart des mosquées de la bande de Gaza (sur les 1 200 mosquées qui existaient avant le début de la guerre) et tué plus de 100 prédicateurs religieux, sur les dizaines de milliers de martyrs.

Pendant cette guerre génocidaire, exécutée au vu et au su du monde entier, les lieux de culte (en plus des hôpitaux, des écoles, des institutions de l’ONU, où des milliers d’habitants déplacés avaient trouvé refuge) ont volontairement été visés par les frappes aériennes, « grâce à leur Intelligence Artificielle » ce monstre diabolique dont les occupants sionistes se vantent tant !

Des dizaines de milliers d’habitants palestiniens ont ainsi été massacrés. Et ce ne fut que quand six humanitaires étrangers (de nationalités américaine, australienne, canadienne, polonaise et anglaise) ont été tués que les grandes puissances occidentales ont élevé leur voix pour

protester !

De même, ces bombardements n’ont pas empêché les habitants de la bande de Gaza de se réunir pour faire des supplications collectivesainsi que deslectures en groupes du noble de Coranet des séances d’apprentissagedes versets et des sourates coraniques (pour les retenir par cœur) pour les enfants.

La Parole de Dieu maintenue vivante malgré la volonté des incroyants arrogants d’étouffer la Lumière de Dieu ! {Ils veulent éteindre la Lumière de Dieu, de leurs bouches, alors que Dieu parachèvera Sa Lumière en dépit de l’aversion des incroyants.}(8/61 as-Saff)

Invités privilégiés auprès de Dieu, ils ne doutèrent pas une seconde de Sa Miséricorde infinie et de la victoire certaine à venir !

Leur foi et leur confiance en Dieu les a encouragés à maintenir cette ambiance propre au mois de Ramadan, à la transmettre à leurs enfants et penser aux victimes de cette guerre impitoyable. Car Dieu porte secours à ceux qui porte secours à Sa Religion !

Aussi, sont-ils sortis encore plus déterminés à résister, à la fin de ce mois de Ramadan !

{Dieu soutient, certes, ceux qui Le soutiennent [Sa Religion]. Dieu est assurément Fort et Puissant.}(40/22 al-Hajj)

Comment ne pas être interpellé par cette foi inébranlable et cette volonté indéniable de sauvegarder la Religion de Dieu malgré ces massacres génocidaires !

Bien sûr, il y a une question qui ne peut pas ne pas venir à l’esprit de tous les Palestiniens : où sont les Musulmans du monde entier ? Comment ont-ils passé ce mois béni de Ramadan, durant lequel ils étaient les invités de Dieu en sachant ce qui se passe à Gaza ? Ont-ils eu le cœur amer avec un sentiment d’impuissance ?

Et que dire de ces pays qui n’ont pas changé leur politique avec l’entité sioniste malgré ce génocide en cours ? Dieu voit et entend tout et c’est vers Lui que nous retournons tous.

D’après Humaira Ahad (tiré de Press TV du 23 Mars 2024)

www.lumieres-spirituelles.net  N°128 - Dhû al-Qa‘deh-Dhû al-Hijjah1445 - Mai-Juin-Juil. 2024


Articles précédents:

1445 (2023-2024)

1444 (2022-2023)

1443 (2021-2022)

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)