1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2024-05-08 | Readers 304 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

4-Eliminer les obstacles qui empêchent de tirer profit du noble Coran (5)


IV/Des règles de conduite morales concernant la Récitation

4-Eliminer les obstacles qui empêchent de tirer profit du noble Coran (4)

Après avoir vu la première règle de conduite à suivre en lisant le noble Coran pour pouvoir profiter de ses bénéfices – celle de le magnifier – et aperçu sa grandeur sous l’ensemble de ses côtés, l’imam al-Khomeynî(qs) va indiquer une seconde règle importante qui est d’éliminer les obstacles qui empêchent de bénéficier du noble Coran. Les obstacles sont nombreux, l’imam(qs) va en citer cinq, les plus importants. Voici la fin du 3e voile, celui de croire qu’il ne faut suivre que les commentaires établis.

3-Le voile de croire qu’il ne faut suivre que les commentaires établis (ou de croire qu’il est interdit de réfléchir sur le Coran)(fin)

De plus, il y aurait à dire concernant le commentaire selon l’avis personnel. Il est bien possible qu’il ne concerne pas les versets relatifs aux connaissances et aux savoirs rationnels (qui répondent aux critères de la démonstration) ni ceux relatifs à la morale – où la raison joue un rôle – parce que les commentaires sont conformes à la démonstration rationnelle solide ou à des considérations rationnelles claires. Ainsi, si l’apparence du propos est en contradiction avec [les considérations rationnelles claires], alors il faut détourner le propos de son apparence.  

Par exemple, à propos des versets tels que {Et ton Seigneur viendra..}(28/89 al-Fajr)(1) et {Le Tout-Miséricordieux S'est établi sur l’Arche.}(5/20 Tâ Hâ)(2) dont la compréhension selon la coutume est en contradiction avec la démonstration rationnelle, le rejet de cette apparence [le sens apparent] et le commentaire selon la démonstration rationnelle n’est pas un commentaire selon l’avis personnel et il n’est en aucun cas interdit.

Il est alors probable, même vraisemblable, que le commentaire selon l’avis personnel [prohibé] se rapporte aux versets portant sur les règlements [de la législation islamique] qui sont hors de portée des avis et des raisons et qu’il faut prendre, avec pure soumission et obéissance (ta‘abbudann), des trésoriers (ou gardiens) de la Révélation et des lieux de la descente des Anges de Dieu.

Surtout que la plupart des propos rapportés dans ce domaine sont venus en opposition aux savants généraux [sunnites] qui voulaient comprendre la Religion de Dieu selon leurs raisons et leurs raisonnements par analogie (al-qiyes).

Il en est de même pour certains nobles propos rapportés – comme : « Rien n’est plus éloigné des raisons des hommes que le commentaire du Coran. »(3) et « La Religion de Dieu n’est pas atteinte par les raisons. »(4) – où il est attesté que ce qui est visé par « la Religion de Dieu » concerne les règlements de la religion à accepter tels quels, par pure soumission et obéissance (ta‘abbudann), et non pas ce qui se rapporte à la preuve de [l’existence] du Créateur, à l’Unicité et à la Sainteté, à la Résurrection et à la Prophétie, même à la totalité  des connaissances, qui est un droit absolu des raisons et relève de leurs spécialités.

Si l’on trouve, dans les propos de certains traditionnalistes de haut niveau, que pour établir l’Unicité, il [faut] s’appuyer sur la preuve transmise [la tradition], cela est une chose étrange même une calamité. Pas besoin d’en faire ressortir les vices et les faiblesses. C’est à Dieu que l’on se plaint.

Al-Adab al-Ma‘nawiyyah li-s-Salât de l’Imam al-Khomeynî(qs)

Maqâlat 3 – Chapitre (Bâb) IV Flambeau 1 section 4 (p210)

(1)22/89 al-Fajr – وَجَاء رَبُّكَ .. (22)   

(2)5/20 Tâ Hâ –  الرَّحْمَنُ عَلَى الْعَرْشِ اسْتَوَى (5)

(3)de l’Imam  al-Bâqer(p), in Bihâr, vol.89 p95 H48.

(4)de l’Imam as-Sajjâd(p), in Bihâr, vol.2 p303 bâb 34 H41.

www.lumieres-spirituelles.net     No128 – Dhû al-Qa‘deh-Dhû al-Hijjah 1445 – Mai.Juin.Juil. 2024

Explications à propos d’éliminer les obstacles(4-5)

èLe 3e voile évoqué par l’imam al-Khomeynî(qs) est celui de croire que personne n’a le droit de tirer du noble Coran autre chose que ce qu’ont écrit les commentateurs. L’imam(qs) a lié cette croyance erronée à une confusion entre la réflexion et la méditation sur les nobles versets et le commentaire selon l’avis personnel (ar-râ’y) interdit. Il a d’abord mis en évidence que la réflexion sur les versets n’avait aucun lien avec le commentaire et à fortiori celui selon l’avis personnel.

 

èRéfléchir sur le Coran, utiliser sa raison pour essayer de comprendre ce que Dieu veut dire et profiter de ses trésors est quelque chose de demandé. {C’est que Nous l’avons fait descendre de façon lisible, claire, afin que vous raisonniez.}(2/12 Yûsuf) (1)

 

èIl est naturel qu’en réfléchissant sur le Coran, la personne qui raisonne soulève des questions, en déduit des choses ou met en évidence certaines vérités. Cela n’est pas un commentaire, une interprétation selon l’avis personnel prohibé.

 

èL’important est de ne pas dire que ce à quoi la personne a abouti est, de façon catégorique, ce que Dieu a voulu dire et pas autre chose, c’est-à-dire fermer la porte aux autres sens, donner un sens exclusif.

 

èLa section suivante abordera justement la question de la réflexion.

 

èEt d’autre part, ne pas partir avec une idée préconçue et essayer d’interpréter le Coran selon cette idée préconçue. Le Coran a été descendu (révélé) se fondant sur la raison.

 

èCertes la raison n’est pas la fin de la connaissance mais elle préserve l’être humain d’arriver à des pensées erronées.

 

èL’autre point soulevé par l’imam(qs) par rapport au commentaire selon l’avis personnel prohibé est que le commentaire selon l’avis personnel prohibé évoqué dans les propos rapportés des Imams infaillibles(p) ne concerne pas le monde de la raison, les versets coraniques qui font appel à la raison – qu’ils soient dans le domaine du dogme (al-‘aqîdeh) ou dans celui de la morale (al-ikhlâq) – mais il concerne la déduction des règlements de la législation.

 (1)2/12 Yûsuf – إِنَّا أَنزَلْنَاهُ قُرْآنًا عَرَبِيًّا لَّعَلَّكُمْ تَعْقِلُونَ

www.lumieres-spirituelles.net     No128 – Dhû al-Qa‘deh-Dhû al-Hijjah 1445 – Mai.Juin.Juil. 2024


Articles précédents:

1445 (2023-2024)

1444 (2022-2023)

1443 (2021-2022)

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)