1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2023-07-15 | Readers 617 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

De l’importance de dépenser (pour les autres) (2)


De l’importance de dépenser (pour les autres) (2)

Voici la fin de la parenthèse que nous avions ouverte la dernière fois à propos de l’importance de la dépense dans l’Islam, vu les circonstances dans lesquelles nous vivons : la traduction d’extraits d’une conférence donnée par s. Hassan Nasrallah(qDp) lors du mois de Ramadan 1444H (7/4/23), portant sur l’importance de l’aumône et de la dépense à la lumière des versets coraniques 133-134/3 Ale ‘Imrân. (Même s’il y a des aspects spécifiques à la société libanaise, ses recommandations sont des leçons pour nous tous.)

Par le (ou grâce au) Nom de Dieu

وَجَنَّةٍ عَرْضُهَا السَّمَاوَاتُ وَالأَرْضُ أُعِدَّتْ لِلْمُتَّقِينَöالَّذِينَ يُنفِقُونَ فِي السَّرَّاء وَالضَّرَّاء

{… et à un Jardin (paradis) dont l’étendue est [comme] les cieux et la terre, préparé pour les pieux qui dépensent dans l’aisance et l’adversité..}(133-134/3 Ale ‘Imrân)

Nous avons vu que la dépense est une qualité, qu’elle fait partiede l’identité du croyant, de saculture, de sa religion, de sa nature,de son comportement durant toutesa vie. Comme il prie, il dépense.

4-Les effets de la dépense au niveau de l’individu et de la société

Dans toutes les religions célestes, la qualité de la dépense est confirmée. Parce que c’est de cette façon que Dieu traite les affaires des sociétés, des gens qui vivent ensemble, dans les villes, dans les villages, même dans le monde.

lElle a des effets sur le soi (ou ego) de la personne qui dépense : elle le purifie. C’est un moyen pour ne pas rester attaché à ce monde ici-bas, pour ne pas être dépendant de ses ornements (ameublements, vêtements..). Elle permet le développement de l’esprit de la personne, sa purification.. Voilà des effets de la dépense.

lC’est aussi un moyen divin pour aider les gens. Dans cemonde ici-bas, nous ne pouvonsque constater qu’il y a des pauvres,des gens dans le besoin. S’ils sontabandonnés à eux-mêmes, celapeut entraîner plus de guerres,d’exodes, de maladies, d’insécurité,de corruption. C’est un des moyensde suppléer aux problèmes de la pauvreté, des besoins qui sonttoujours là, générations aprèsgénérations..

En fait, si les gens suivaient la législation divine, même en se limitant à la dépense obligatoire – par exemple, dans le cadre islamique, si tous les Musulmans payaient la « zakât », le « khoms » qu’ils doivent payer, la « zakat al-fitra » et les « kaffârât », c’est-à- dire les obligations financières – cela ferait un grand changement dans les sociétés. Personne ne mourrait de faim !

Dieu Tout-Puissant a ouvert pour nous une de Ses Portes de Miséricorde et de Bienfaits : la dépense, (obligatoire et recommandée) qui [ouvre à son tour] de très nombreuses portes, ma shâ’ Allah, et très larges.

Par exemple, à propos du parrainage d’un orphelin, le Messager de Dieu(s) dit : « Moi et le parrain de l’orphelin sont comme ces deux au Paradis » indiquant deux de sesdoigts, l’index et le majeur.(1)

C’est une porte grandiose pour la Miséricorde divine, pour la réussite, le bien, pour celui qui parraine, en ce monde et dans l’Au-delà, des orphelins qui se sont trouvés sans famille ou sans homme pour subvenir à leurs besoins.

lBien sûr, il y a aussi la question de la bonne gestion de ces biens,qu’ils soient placés à l’endroit adéquat. Cela aussi est très important,mais ce n’est pas le sujetde notre propos d’aujourd’hui. Lesujet de notre propos est le fait-mêmede dépenser.

5-De la générosité des gens durant ce mois de Ramadan

J’aimerai m’arrêter devant un phénomène très joli, très positif, qui s’est manifesté cette année, plus encore que les années précédentes, durant ce mois de Ramadan, malgré toutes les difficultés présentes.

Dans la société libanaise en général, et plus particulièrement dans nos régions, il y a beaucoup de pauvres, d’effets négatifs, de négligences. Mais en même temps, il y a beaucoup de biens (khayr) !

Par exemple, les « boîtes de sadaqât » ont permis d’aider des milliers de familles qui n’ont aucun protecteur, aucune personne qui les prend en charge, comme les orphelins, les veuves, le père malade ne pouvant rien faire, même qui a besoin qu’on l’aide..

Et cette aide est venue des « boîtes de sadaqât », présentes un peu partout (dans les rues, les magasins, les maisons, les mosquées, etc.), pas d’une aide venue de l’extérieur.

Il y a eu aussi les boîtes d’aide pour offrir des repas au moment de la rupture du jeûne comme « Mâ’ida al-Imam Zein al-‘Âdidine(p) ». Et ceux qui étaient prêts à agir, à aider… des frères et des sœurs, prêts à aider à la gestion, à la planification, à la distribution

Tout cela sont des apparences, des phénomènes de la dépense. Il y a une qualité coranique de foi qui, année après année, se réalise, se confirme dans notre société et cela est très positif.

On a pu aussi constater ce phénomène de générosité quand il y a eu le tremblement de terre au sud de la Turquie et au nord de la Syrie. (...) Aussi en ce qui concerne le soutien à la résistance. De même ce que nous voyons en générosité et en hospitalité pendant les mois de Moharram et de Safar, les stands de nourriture offerte (les mudayf)..

D’année en année, cela s’élargit, malgré les difficultés croissantes, la situation générale qui ne cesse de se dégrader.

Cela suscite respect et remerciements. Tout cela indique le bien présent auprès de nos gens. C’est une qualité d’excellence.

Ainsi la dépense est une partie de notre identité croyante, de notre religion, de notre allégeance au Prophète Mohammed(s) et à tous les Prophètes(p). En agissant ainsi, nous sommes sur la voie indiquée par le Prophète(s) et les Gens de sa maison(p).

6-Et le prêt...?

Parmi les autres points qu’il est bien d’indiquer, il y a celui du prêt (al-qard). Dans certains propos rapportés, il est indiqué que les récompenses pour le fait de prêter sont plus grandes que pour celles de donner l’aumône. Bien sûr il y a des précisions.

Faire l’aumône à une famille qui n’a personne pour la prendre en charge, c’est une autre chose.

Ce qui est visé dans la question du prêt est, par exemple, une personne qui peut travailler mais qui n’a pas de travail à ce moment donné : parfois tu lui fais l’aumône et parfois tu lui prêtes de l’argent pour qu’il puisse travailler.

L’Islam, la Religion, le Coran, veulent des gens actifs, qui travaillent, qui soient effectifs, productifs, vivant de la sueur de leur front. Cela est le fondement.

C’est pourquoi, dans de telles situations, le prêt a plus de récompenses que l’aumône.

مَنْذَاالَّذِييُقْرِضُاللَّهَقَرْضًاحَسَنًافَيُضَاعِفَهُلَهُأَضْعَافًاكَثِيرَةً

{Qui fait un bon prêt à Dieu, Il le multiplie pour lui un grand nombre de fois.}(245/2 al-Baqara)

Aujourd’hui, [au Liban] dans des villages, certains ont fait des sortes de caisses de prêts pour des projets. Bien sûr, il y a la fondation d’al-Qard al-Hassan, dont l’activité a augmenté à cause des problèmes au niveau des banques(2).

Peut-être que certains mettent leur argent en cet endroit parce qu’ils ont confiance. Mais le mieux est de mettre son argent dans la fondation d’al-Qard al-Hassan, pas seulement parce que l’on a confiance mais aussi avec l’intention de donner l’autorisation à cette fondation d’en disposer pour le prêter à d’autres, pour satisfaire le besoin d’autres gens (comme un emprunt pour se marier, acheter un logement, travailler, se soigner, faire une opération, etc.).

Ainsi, on participe à la récompense du prêt. D’une part, les biens sont sauvegardés, parce que placés dans une fondation de confiance, et de l’autre, les récompenses sont acquises du fait d’avoir eu l’intention de prêter à d’autres.

Cela aussi est un des phénomènes positifs de nos jours ! Il y a dix ans, beaucoup de gens n’avaient pas cette culture. Il n’y avait pas cet accueil ! C’était beaucoup plus limité alors qu’aujourd’hui, il y a un très grand accueil à cela.

7- Le meilleur moyen de résister au blocus imposé à notre société

Bien sûr quand tout cela se confirme – l’aide, le parrainage, la préoccupation des autres, et notamment des proches, des liens de parenté, des voisins(3) – à une époque difficile comme celle que notre société est en train de vivre, [il y a bon espoir pour l’avenir].

Car tout cela permet de dépasser, cette étape difficile, elle permet de nous en sortir la tête haute (avec la Volonté de Dieu) et de faire échouer les complots de ceux qui imposent le blocus et autres mesures coercitives contre notre société, afin de nous imposer leurs conditions.

Dans ce comportement de « dépense », dans cette qualité, cette pratique, il y a une gloire/puissance, une dignité, un honneur, une noblesse en ce bas-monde et dans l’Au-delà ainsi que la victoire en ce bas-monde et dans l’Au-delà.

Il faut continuer ainsi, et in shâ’ Allah, cette qualité, nous allons la croître, la développer, l’organiser, la confirmer, l’enseigner, la rendre une culture générale.

Pour ceux qui agissent ainsi, une grande récompense les attend dans l’Au-delà, en même temps, ils auront pu réaliser de grandes choses en ce bas-monde.

(1)Musnad Ahmed No22820. 

أناوكافلاليتيمكهاتينفيالجنةوأشار بأصبعيه السبابة والوسطى

(2)Allusion à la situation au Liban après le hold-up du siècle des dépôts bancaires par les puissances occidentales, avec bien sûr la collaboration de gens corrompus locaux.

(3) cf.« Dieu ! Dieu ! dans [au sujet de vos] voisins, car ils sont le legs de votre Prophète. Il ne cessait de les recommander, au point que nous pensions qu’il allait les faire hériter [de lui(s)] ! » - Nahj al-Balâgha, De ses recommandations No47, p587 ; cf. L.S. No121 p14.

www.lumieres-spirituelles.net N°123 - Muharram-Safar 1445 - Juil.-Août-Sept. 2023


Articles précédents:

1445 (2023-2024)

1444 (2022-2023)

1443 (2021-2022)

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)