1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2019-08-25 | Readers 325 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Non à la Judaïsation de Jérusalem et de ..


Non à la Judaïsation de Jérusalem et..

.. d’une place au cœur  de Paris !

Il ne se passe pas de jours sans que les forces d’occupation sionistes ne procèdent à de nouvelles exactions contre le peuple palestinien, notamment à Gaza et en Cisjordanie et plus particulièrement à Jérusalem (al-Quds) où la phase finale de sa judaïsation est entamée !

En même temps, un évènement a eu lieu dans la capitale française, apparemment minime mais lourd de sens. Voici le commentaire judicieux qu’en a fait un journaliste d’investigation, français, Richard Labévière, reproduit en grande partie ici(1).

Une place de Jérusalem au cœur de Paris !

 « Dernièrement, la maire de Paris Anne Hidalgo a inauguré dans le XVIIe arrondissement de la capitale, à l’angle de la rue de Courcelles et du boulevard de Reims, à deux pas du Centre européen du Judaïsme, une « Place Jérusalem ».

Tout cela sous l’injonction et la bénédiction exclusive de la communauté juive de France et celle des autorités israéliennes.

Selon son propre entourage, ce geste était résolument destiné à s’attirer les faveurs d’un « vote confessionnel » pour les prochaines élections municipales de Paris.

Lamentable, parfaitement lamentable, d’autant que la « Ville trois fois sainte » abrite justement, aussi, les « lieux saints » des Chré­tiens et des Musulmans. Ainsi, les Palestiniens qui appartiennent à ces deux religions ont une double légitimité sur la ville et le droit – mal­gré l’occupation et la colonisation étrangères – d’espérer, un jour, faire de Jérusalem la capitale de leur Etat !

Anne Hidalgo le fait elle exprès ? Elle met en scène cette insupportable provocation au moment même où Donald Trump multiplie les agressions contre l’Iran, après, justement, le transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jéru­salem et la reconnaissance de l’annexion du plateau du Golan syrien. Elle voudrait mettre le feu dans « sa » ville qu’elle ne s’y prendrait pas autrement. Je veux parler des retombées qui ne manqueront pas d’attiser les confrontations entre la clientèle pro-israélienne et les associations en faveur de la libération de la Palestine.

Ce faisant, Anne Hidalgo piétine allègre­ment les centaines de résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, prises sur l’occupation de la Palestine et le statut de Jérusalem, « ville internationale », qui devrait être administrée par les Nations Unies et non par la soldatesque israé­lienne ! (...)

En inaugurant cette « place de Jérusalem », le 30 juin dernier, envers et contre les positions et déclarations officielles régulièrement réitérées par le Quai d’Orsay et l’Elysée2 pour le respect du droit international concernant les Territoires palestiniens occupés – dont Jérusalem –, Anne Hidalgo rejoint le triste cortège des délinquants internationaux. (...)

Jérusalem une « ville trois fois sainte » !

En soi, la création d’une « place Jérusalem » ne pose aucun problème en raison de son em­preinte historique, de son statut de Ville sainte pour les fidèles des trois religions monothéistes – chrétiens, juifs et musulmans –. (...)

Mais tel n’était pas le but de Anne Hidalgo qui répondait en fait à une demande écrite du président du consistoire des communautés juives de Paris-Île-de-France, Joël Mergui, datée du 20 février 2019 de créer la « place de Jérusalem » au cœur même du nouveau centre de la vie juive parisienne et française pour deve­nir l’adresse du Centre européen du judaïsme. (...)

Toujours est-il que moins de trois mois plus tard, Joël Mergui était comblé devant une Anne Hidalgo au garde à vous ! Dans sa lettre [de réponse] datée du 15 mai 2019, après avoir rappelé que « la Ville de Paris ne saurait être ce qu’elle est sans la présence de la communauté juive qui y habite et s’y épanouit », elle s’affirme « très sensible à [cette] proposition de créer une place de Jérusalem au sein de la capitale, qui permettrait également de commémorer l’amitié qui unit la Ville de Paris à l’État d’Israël ».(...)

Dans cet édifiant échange de correspondance :

là aucun moment il n’est fait mention des trois religions qui confèrent, donc, à Jérusalem son statut de « ville trois fois sainte » ;

lcomme il n’est jamais question :

•ni de l’occupation militaire,

•ni de l’expulsion des Palestiniens de leur domicile de la partie Est de la ville (où vivait la majorité des habitants avant sa conquête par les forces israéliennes en juin 1967),

•ni de la construction des colonies illégales – dans et tout autour – de la ville au dôme en or !

« Une adhésion à la politique d’annexion de Jérusalem ! »

L’ambassadeur Salman el Herfi – chef de la Mission de Palestine en France – a envoyé à Anne Hidalgo une lettre de trois pages, lui demandant notamment « d’annuler sa décision ». Extraits :

« Ce qui est déplorable ici, écrit l’am­bassadeur palestinien, « n’est bien sûr pas l’hommage rendu à la communauté juive de Paris ou de France, mais l’éviction incom­préhensible des deux autres religions, chré­tienne et musulmane. Ces dernières ayant des liens historiques avec la ville de Jérusalem, auraient dû y être associées, d’autant plus quand vous vous prévalez de la lutte contre les discriminations pour fonder votre décision. Or vous ne pouvez l’ignorer, nous sommes les premiers discriminés par votre décision. »

« Comment, conclut Salman el Herfi, ne pas y voir une décision politique lorsque le ‘maire israélien’ de Jérusalem occupée et illégalement annexée a été convié à l’inau­guration de cette place et qu’aucune partie palestinienne n’a été ne serait-ce qu’infor­mée de toute cette procédure ? Comment ne pas y voir une décision politique lorsque dans votre lettre au consistoire vous évo­quez l’amitié entre la ville de Paris et l’État d’Israël pour annoncer la création d’une place de Jérusalem ?

Vous semblez ici laisser penser que Jérusalem appartenait et appartient unique­ment à la « communauté juive », ajoutant une confusion entre cette dernière et l’État d’Israël que vous associez à cette même décision politique. Il ne s’agirait donc plus d’un simple hommage à la « communauté juive » mais bien d’une adhésion à la poli­tique d’annexion de l’État d’Israël et d’une tacite reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël. Ce qui fait l’objet de notre totale indignation. »

Même s’il reste diplomate et poli, l’ambassadeur de Palestine à Paris sait qu’Anne Hidalgo n’en est pas à son premier coup tordu en fa­veur des autorités de Tel-Aviv, tou­jours capitale d’Israël, selon le droit international.(2)

Madame, en banalisant ainsi l’apartheid israélien, vous cra­chez à la face des victimes passées, actuelles et à venir du dernier état colonial du monde. Vous encoura­gez les droites et extrême-droites is­raéliennes à poursuivre leurs crimes. Vous encouragez aussi les nervis du Betar et de la Ligue de Défense Juive (organisations paramilitaires de l’extrême-droite pro-israélienne toujours pas interdites en France), qui attaquent régulièrement les ras­semblements pacifiques de soutien à la population palestinienne.

En banalisant ainsi une sorte de fascisme ordinaire, vous crachez aussi sur les valeurs les plus fon­damentales d’une République que vous prétendez servir !

Lamentable, proprement lamen­table !

Honte à vous, honte absolue à vous Madame Hidalgo ! »

Richard Labévière 22 juillet 2019

(1)source : http://prochetmoyen-orient.ch/jerusalem-selon-anne-hidalgo-honte-absolue/

(2)Le 13 août 2015, la maire de Paris n’avait déjà rien trouvé de mieux que de monter une étrange opération baptisée : « Tel-Aviv sur Seine ». Ayant soulevé une certaine émotion, sinon réprobation, sa décision avait alors déclenché une vive polémique. Quelques jours auparavant, Anne Hidalgo se justifiait dans les colonnes du Monde en décrivant Tel-Aviv comme une « ville progressiste » ouverte à tous les « happy fews » de la planète…Fallait déjà le faire : prétendre que cette ville – où siègent toutes les agences d’urbanisme chargées de tronçonner la Cisjordanie et, prioritairement les villages palestiniens, ainsi que les sociétés qui ont détourné la totalité des nappes phréatiques de Palestine, sans parler des officines de barbouzes spécialisées dans les assassinats ciblés – est une « ville ouverte » et l’une des capitales de bobo-land, c’est vrai qu’il fallait oser… Tel-Aviv, une ville comme les autres, Israël, un Etat comme les autres ? Certainement pas Madame la maire !

www.lumieres-spirituelles.net     No99 - Moharram-Safar 1441 – Septembre.Octobre 2019

Un seul mot : Résistance!

Face à la recrudescence des exactions de l’occupant sioniste et à sa violation de tous les accords soi-disant de paix, il n’y a plus qu’une seule solution, sans aucune hésitation ni illusion : la résistance, la résistance armée, populaire, politique, sécuritaire de toutes les composantes de la société palestinienne !

Le peuple palestinien qui, jusqu’à maintenant, a refusé l’occupation sioniste, a montré la voie à suivre, à Gaza, en Cisjordanie et ailleurs, avec ses manifestations hebdomadaires, unitaires, pacifiques contre le siège de Gaza, ses opérations militaires contre les forces armées occupantes, sa résistance aux colons illégaux de plus en plus agressifs.

Aujourd’hui, la résistance est passée à un niveau supérieur d’organisation, d’unification de ses rangs, de perfectionnement de ses armes, de ralliement à l’axe de la résistance dont elle constitue le pôle central.

La décision de l’Autorité Palestinienne (AP) de suspendre tous les accords d’ordre sécuritaire conclus avec l’entité sioniste, après la destruction par «Israël» de plusieurs dizaines de maisons dans la localité de Sour-Baher au sud de la ville sainte d’al-Quds occupée, dans la zone (A), relevant de l’Autorité Palestinienne, va dans ce sens. Elle ne peut que favoriser l’unification des rangs palestiniens en même temps que porter un coup fatal à l’entité sioniste.

Rappel historique de cette clause

Cette coordination sécuritaire avait été élaborée par Mahmoud Abbas en personne lorsqu’il était encore Secrétaire du Comité exécutif de l’OLP, dans le cadre de la 8e  clause de l’accord d’Oslo de 1993, permettant à l’AP de créer sa propre police pour garantir la stabilité en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

Mais, avec les accords du Caire et de Taba en 1995, l’AP s’était vue attribuée la responsabilité ‘d’interdire le terrorisme’ – c’est-à-dire interdire les opérations de résistance contre l’occupant, prendre les mesures nécessaires contre leurs auteurs et protéger les collaborateurs avec Israël.

C’est ainsi que furent créés, au sein de la sécurité palestinienne, deux services :

1-celui des renseignements généraux, chargé de faire avorter les opérations de résistance contre les occupants, en Cisjordanie occupée, et d’arrêter les suspects. (Malheureusement de nombreuses liquidations d’éléments de la résistance palestinienne lui furent assignées, durant leur séquestration dans les prisons de l’AP, ou quelque temps après leur libération.)

2-celui de la sécurité préventive et, pour cela, avoir des agents au sein de Hamas et du Jihad islamique, espionner les palestiniens de la Cisjordanie occupée avec l’aide d’experts américains et transférer en fin de compte toutes les informations récoltées à l’occupant sioniste.

Aussi ces accords sécuritaires devinrent-ils rapidement la cause essentielle de la division inter-palestinienne, déjà amorcée après l’abandon par Fatah de l’option de la résistance armée au profit d’accords avec l’entité sioniste, croyant qu’ils allaient leur restituer les droits du peuple palestinien !! La réalité est apparue au grand jour et les illusions ne sont plus permises !

www.lumieres-spirituelles.net N°99 - Muharram - Safar 1441 - Septembre - Octobre 2019


Articles précédents:

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)