1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2019-07-01 | Readers 274 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Particularités d’al-Barzakh (1)


Particularités d’al-Barzakh (1)

Nous avons vu que la mort signifie le passage dans un autre monde qui a reçu plusieurs appellations dans la religion islamique(1), avant le Jour de la Résurrection (yum al-Qiyâmat). Nous allons voir ces différentes appellations de ce monde puis déterminer ses caractéristiques, en nous référant au livre d’Ayatollah Tehrânî(qs) sur la Résurrection (al-Ma‘âd).

     1-Le « monde intermédiaire » (‘âlim al-barzakh)

Le premier nom le plus connu est le « barzakh », le monde présentant une séparation, une barrière entre les deux mondes : le monde des corps, de la nature (ad-dunia où nous passons notre vie matérielle) et l’Au-delà (qui commence avec le Jour de la Résurrection, le monde de la Résurrection, totalement dépouillé de la matière et de ses traces ou effets).(2)

Ce monde n’est pas de matière, n’a pas de matière (à la différence du monde ici-bas) mais garde les effets, les traces de la matière du comment, du combien, du lieu.. etc. (à la différence de l’Au-delà). Ainsi, on peut trouver dans ce monde forme, image, limite, quantité, comment, [des indications de lieu et de temps] et de façon accidentelle des réactions. C’est-à-dire, il a des dimensions, des limites, des couleurs, des odeurs…etc. (cf. pp106-107)

2-Le « monde de l’imagination » (‘âlim al-khiyâl)

Ce monde « intermédiaire » est aussi appelé le monde de « l’imagination » (al-khiyâl) en tant que l’imagination est le monde où se trouvent les images pures exemptes de toute matière. Et les images qui y sont présentes sont plus fortes que les existants dans le monde de la matière, plus grandioses, plus rapides et plus sensibles (au niveau des sentiments). Il est un monde très étendu et beaucoup plus fort que la matière.

Il s’agit de l’imagination séparée, parce que « l’imagination liée » représente les forces de l’imagination de l’être humain côtoyant son corps d’argile et jointes à lui.

Alors que l’imagination séparée représente ces forces quand elles quittent le corps et se mettent en contact avec le monde pur de l’image. C’est pourquoi l’ensemble des existants du monde intermédiaire sont appelés « imagination séparée ». (cf. p107)

3-Le « monde du modèle » (‘âlim al-mithâl)

Il est aussi appelé le monde du « modèle séparé ». Appelé « séparé » parce que « le modèle rattaché » est cet état présent de l’être humain argileux entre son corps et sa nature, et le monde de son âme, qui est un groupe de ses forces mentales.) Quand l’être humain quitte ce monde ici-bas, le monde de son entendement se met en contact avec le monde du modèle (imaginal) universel [qui est séparé d’ad-Dunia, d’où son appellation]. (cf. pp107-108)

« Le monde du modèle ou imaginal signifie le monde de l’image pure, exempte de toute matière, mais qui a des particularités de la matière et de ses effets, comme la quantité, la qualité. » (cf. p133)

Ainsi, ce monde « barzakhî » est le « monde imaginal », le « monde du modèle séparé » en soi. Ses existants sont beaucoup plus forts des milliers de fois, plus étranges et qui ont beaucoup plus d’effets que le monde de la nature et de la matière. (cf. pp107-108)

Un exemple pour nous rapprocher de ce que représente ce monde « barzakhî », imaginal : les rêves

Pendant le sommeil, des rêves arrivent alors que le corps est en repos sur le lit. Des images modèles apparaissent et s’agitent durant le sommeil alors que le corps reste immobile.

Et bien que le sommeil soit beaucoup plus faible que la mort, l’homme voit, dans ces rêves, des existants plus forts, plus grandioses, plus extraordinaires. Il est témoin d’activités, de mouvements plus forts, plus rapides, il ressent des sentiments plus désagréables ou plus agréables.

Il voit son âme vivante avec savoir, puissance. Il voit en lui-même des réalités. Il peut bouger, parler, effectuer différents actes alors que son corps reste immobile, ne faisant rien. (cf. p108 & p134)

 (Ma‘rifatu-l-Ma‘âd, AyatAllah Mohammed Hussein at-Tehrânî, vol.2 pp106-109 & pp133-134)

www.lumieres-spirituelles.net No98 - Dhû al-Qa‘deh-Dhû al-Hujjah 1440 - Juillet-Août 2019


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)