1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2018-11-04 | Readers 37 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le safran


Le safran

(za‘farân)

Le safran, considéré comme le symbole de la sagesse en Asie, est une épice extraite de la fleur d'un crocus, le ‘Crocus sativus’, qui fleurit en automne. On l'obtient par déshydratation de ses trois stigmates rouges, dont la longueur varie généralement entre 2,5 à 3,2 cm. Il est souvent utilisé en cuisine comme assaisonnement ou comme agent colorant, donnant une couleur jaune-or à la nourriture, au tissu ou à l’encre.

Les Imams(p) en mangeaient dans les plats cuisinés comme le « sikbâj »(1) :« J’entrai chez mon maître Abû Abdallah(p) alors qu’il(p) était en train de manger du « sikbâj(1)» avec de la viande de vache. »(2) Mais à cause de son parfum, « celui qui est en état de sacralisation ne doit pas manger quelque chose dans lequel il y a du safran, ni autre chose parfumée. »(3)

Il est consommé pour ses vertus curatives :

—« La meilleure chose pour la fièvre quarte est de manger durant son jour de la « fâlûdhaj » (sorte de gâteau d’amidon) faite avec du miel et beaucoup de safran et de ne rien manger d’autre. »(4)

——« Un compagnon de l’Imam al-Jawâd(p) se plaignit à lui(p) d’une dent douloureuse (shawsa). Il(p) lui dit : « Prends un seul grain du médicament d’ar-Ridâ(p) avec un peu de safran et laisse au cœur de la dent. » Je lui demandai ce qu’était ce médicament de son père. Il(p) dit : « C’est un médicament global qui est connu chez telle et telle personnes. » Je m’y rendis, pris un grain et barbouillai autour de l’endroit douloureux de la dent avec le grain et l’eau de safran évoqué. Je fus guéri. »(5)

——Un homme du Khurâsân se rendit chez ‘Alî fils d’al-Hussein(p) et lui dit : « Ô fils du Messager de Dieu, j’ai fait mon pèlerinage et j’avais l’intention à sa fin de me rendre chez toi. J’ai mal à la rate. Invoque [Dieu] pour que je sois soulagé. » ‘Alî fils d’al-Hussein(p) me dit : « Dieu t’a soulagé de cela et à Lui la Louange. Si tu en souffres encore, écris ces versets (110-111/17 Le Voyage Nocturne)avec du safran et de l’eau de zamzam(6) et bois-la. Dieu (qu’Il soit Exalté) repoussera de toi cette douleur. »(7)

——De l’Imam al-Bâqer(p) : « Un homme se plaignit à lui d’infections, d’indigestions et d’une odeur de colique. Il(p) dit : « Quant à la colique, écris pour elle ‘um al-qurân’ (al-fatiha 1), et les deux demandes de protection (113 et 114) et al-Ikhlâs (112) et écris en dessous : « Je demande protection par la Face de Dieu le Très Grandiose, par Sa Force qui ne disparait pas et par Sa Puissance que rien n’empêche, du mal de cette douleur, du mal qui s’y trouve, du mal que je crains d’elle ». Tu écris cela sur une omoplate, un tableau ou une coupe (en argent) avec du musc et du safran. Ensuite, lave-le avec de l’eau du ciel (de pluie) et bois-le à jeun ou au moment de dormir. »(8)

——Un homme se plaignit à l’Imam as-Sadeq(p) de son fils touché par « h as-sabyân »(9), disant qu’il avait tout essayé. Aussi, demanda-t-il à l’Imam(p) d’invoquer Dieu Tout-Puissant pour qu’Il le guérisse. » L’Imam as-Sadeq(p) invoqua Dieu Tout-Puissant pour lui puis dit : « Ecrispour lui sept fois la sourate al-Hamd avec du safran et du musc. Ensuite lave avec de l’eau et donne-lui à boire [cette eau] pendant un mois. Il guérira. » Nous avons fait cela et dès la première nuit, il revint à lui et fut soulagé.(10)

——L’Imam as-Sadeq(p) disait : « Si la femme a des difficultés à accoucher, on écrit pour elle ces versets (v.46/79 an-Nâzi‘ât ; v.35/46 al-Ahqâf (à partir de « ka-annahum..) & v.111/12 an-Nâzi‘ât) dans un récipient propre avec du musc et du safran puis on les lave avec de l’eau de puits. Ensuite on lui en donne à boire et on en met sur son ventre et sa partie intime. Elle accouchera alors. »(11)

En plus de sa saveur et de sa couleur, le safran présente aussi des propriétés médicamenteuses. Bon régulateur des règles, il soulage les douleurs menstruelles et les douleurs lombaires. Il se comporte à la fois comme un sédatif et un tonique en cas d’infections respiratoires, de maux d’estomac, d’empoisonnement. En usage externe, il est utilisé comme analgésique de la muqueuse des gencives. Il est consommé en poudre, en infusion ou mélangé avec d’autres produits.

(1)Le sikbâj est un plat fait avec du vinaigre, du safran et de la viande – (2)Kâfî, vol.12 p445 (3)de l’Imam al-Bâqer(p), Kâfî, vol.4 p355 – (4)de l’Imam al-Hâdî(p), Tub al-A’imat(p), pp51-52 (5)Tub al-A’imat(p), p89 – (6)cf.LS No67 (7)Tub al-A’imat(p), pp29-30 (8)Tub al-A’imat(p), p65 – (9)sorte de maladie touchant les jeunes garçons au niveau de la poitrine qui rend difficile la respiration au point de faire perdre connaissance après le raidissement des bras et des jambes, sans sécrétion excessive de salive –(10)Tub al-A’imat(p), p88 (11)Tub al-A’imat(p), p95.

www.lumieres-spirituelles.net N°94 - Rabi' I & II 1440 - Novembre-Décembre-Janv. 2019


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)