1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2018-05-11 | Readers 293 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le fanatisme/sectarisme-1-définition (1)


Le fanatisme (al-‘asabiyyah) – 1-Définition (1) 

Nous allons aborder une nouvelle maladie du cœur : « al-‘asabiyyah » (le fanatisme) qui a des effets dévastateurs tant au niveau individuel que celui de la société et qui est malheureusement, combien d’actualité. En premier lieu, nous allons définir ce mot, d’abord tel employé dans la langue arabe afin de bien le connaître, puis essayer de donner son sens en français dans la mesure où il n’existe pas de mot équivalent à 100 %.

D’un point de vue linguistique

Le mot « ‘asabiyyah » vient du verbe « ‘asaba » dont le sens est de lier, serrer, ceindre tout autour, avec deux contraintes dans ce mot : 1-le resserrement (avec la vigueur, la virulence) et 2-le ploiement (avec le fléchissement, le pliement).

Le mot « al-‘usbat » indique, à l’origine, les proches parents du côté paternel puis tout groupe ayant la particularité d’être lié, unifié, se défendant les uns les autres comme s’il était une seule personne – ce qui leur donne une force et une puissance élevées qui permet aux membres d’atteindre ce qu’ils veulent, avec les deux contraintes citées.

Un exemple de l’utilisation de ce mot « ‘usbat » dans le noble Coran : à propos des frères de nabi Youssef(p) et de son frère Benjamin(p). {Quand ceux-ci dirent : Youssef et son frère sont plus aimés de notre père que nous alors que nous sommes un groupe bien fort (‘usbatunn). Notre père est vraiment dans un égarement évident.}(8/12 Youssef) {Ils dirent : Si le loup le dévore alors que nous sommes un groupe fort (‘usbatunn), nous serons vraiment les perdants.}(14/12 Youssef)

Les frères de nabi Youssef(p) et de Benjamin(p) voyaient leur force dans le groupe qu’ils avaient constitué entre eux, et une raison suffisante (voire même obligatoire) pour attirer (bénéficier de) la préférence de leur père vers eux sans tenir compte des qualités particulières des personnes.]

sayyed Hassan al-Mustafawî dans son « Tahqîq fî kalimât al-Qurân al-karîm»,

Définition donnée par les Infaillibles(p)

Interrogé sur ce qu’est « al-‘asabiyyah », le Messager de Dieu(s) répondit :

« Que tu soutiennes ta communauté (qawmika) dans l’injustice (azh-zhulm). »

(Mîzân al-Hikmah No13160 citant Sunan Abî Daoud vol.4 p332 No5121)

Et l’Imam ‘Alî fils de Hussein(p) :

 « « Al-‘asabiyyah » considéré comme un péché pour son détenteur est qu’il voit le pire homme de son peuple meilleur que l’élite des autres peuples. Et n’est pas du fanatisme si l’homme aime son peuple. Mais le fanatisme est d’aider son peuple à l’injustice. » (al-Kâfî, vol.2 H7 p187)

Définition donnée par l’imam al-Khomeynî(qs) dans 40 hadîthann

      L’imam al-Khomeynî(qs) dit qu’ « al-‘asabiyyah » relève de la nature ou humeur, ou disposition affective (sajiyyah)(1) intérieure de l’âme. De ses effets : la défense et la protection des proches et de l’ensemble des gens qui sont liés à elle (la personne), que le lien soit d’ordre religieux, confessionnel ou au niveau comportemental, ou qu’il soit avec la patrie, la terre, ou encore avec son maître ou professeur, ou avec ses élèves et autres choses de ce genre. 

« Al-‘asabiyyah » (le fanatisme sous toutes ses formes) fait partie de la morale corrompue et des natures ou humeurs (sajâyyâ) non louables et est cause de corruption au niveau de la morale et des actes.

Il est en soi blâmable (même s’il est au service du droit ou en vue d’un ordre religieux), n’ayant pas pour objectif de faire apparaître la vérité, mais au contraire [d’imposer] la suprématie [de la personne fanatique] ou [celle] de sa ligne de conduite et du comportement de son fanatisme.

Par contre, faire apparaître le droit et la vérité, affirmer les choses justes, les diffuser, les protéger et les défendre, ne font pas partie du fanatisme ou ne sont pas du fanatisme blâmable.

8e Hadîth sur al-‘Asabiyyah in 40 Hadîthann, Imam al-Khomeynî(qs) p183

Autres définitions données

Ÿpar sh. Naraqî(qs) dans son Jama ‘at as-Sa ‘âdât :

De ce dernier propos de l’Imam as-Sajjâd(p), sheikh Naraqî déduit, dans son Jamâ ‘at as-Sa‘âdât, qu’ « al-‘asabiyyah » est l’effort dans la protection de lui-même ou ceux qui ont un rapport avec lui (sur le plan de la religion, des proches, de la tribu, des habitants d’un pays) au niveau de la parole ou des actes.

Si celui qu’il protège et défend du mal était de ceux qu’il faut protéger et défendre et que sa protection était juste, sans sortir de l’équité et sans tomber dans ce qui n’est pas permis légalement, alors elle est une sorte de ‘jalousie’ louable, faisant partie des vertus de la force de la colère.

Mais si ce qui accompagne sa protection est faux, en tant qu’il sort de l’équité et qu’il accomplit ce qui est interdit légalement alors c’est un vice blâmable. Il fait partie des rejets de la force de la colère.

Et de conclure que la plupart du temps, le mot « as-‘asabiyyah » dans les propos rapportés est attribué au sens blâmable.

Jamâ‘at as-Sa‘âdât pp270-271 (pp76-77 en français)

Ÿpar sayyed Abbas Noureddine

 « Al-‘asabiyyah » peut prendre plusieurs formes, s’étendant sur quelque chose de large, comme la patrie, ou sur quelque chose de restreint comme la famille, ou se portant sur des croyances ou autres encore. On parle de fanatisme [dans un sens blâmable] quand un individu défend quelqu’un (de sa famille, de son peuple, de son pays) sur ou pour le faux. Le problème ne réside pas dans le fait d’aimer sa famille, son peuple, mais dans le fait de ne pas affronter le faux en eux, même !, de défendre leur erreur.

Quand le faux apparait d’eux, il commence par les défendre. Même ! Il ne voit même pas l’erreur en eux. Peut-être le voit-il chez les autres mais il ne le voit pas comme tel pour eux.

Le problème essentiel réside donc dans la défense du faux.

Si c’était pour défendre le juste, le vrai, ce serait une forme louable de ‘fanatisme’ [ou même on ne parlerait pas de fanatisme qui, en français a toujours un sens négatif.

Un exemple de fanatisme : le fait de voir sa famille la meilleure de toutes les autres familles sans qu’il n’y ait de raison réelle, uniquement parce que c’est sa famille. Cela indique qu’il y a du fanatisme dans le cœur de cet individu, et même beaucoup !

Ou encore croire à la supériorité d’une race, d’un peuple, d’une religion, non pas sur la base de la réalité et de la vérité, mais sur des critères faux (comme la couleur de la peau, des cheveux..)

Mais on ne parlera pas de fanatisme de façon absolue, par exemple dans le cas de défendre l’Imam ‘Alî, parce que « ‘Ali est avec le Vrai/Juste et le Vrai/juste est avec ‘Alî ».

Sayyed Abbas Noureddine conférences printemps 2008

Quelle traduction donner à ce mot ?

 Il est difficile de traduire ce mot (‘asabiyyah) (qui a un sens autre que celui employé à l’heure actuelle dans la langue arabe (la nervosité)). Il renvoie à une notion qui recouvre aussi bien le ‘fanatisme’ (défini en français comme indiquant un « dévouement absolu et exclusif à une cause qui pousse à l’intolérance religieuse ou politique et qui conduit à des actes de violence » ou « étant une forme d’intolérance extrême qui pousse à la persécution de l’altérité sous toutes ses formes), que la ‘solidarité ethnique’ ou le mot ancien la ‘coterie’  (défini en français comme indiquant un « groupe de personnes qui se soutiennent pour faire prévaloir leurs intérêts ») ou encore le ‘sectarisme’ (défini en français comme indiquant un « une attitude intransigeante de partisans intolérants d’une opinion, d’un parti, l’esprit de clan, de parti..etc. ») et le ‘chauvinisme’ (renvoyant à un patriotisme ou à un nationalisme exclusif) qui sous-entend ou implique l’intolérance et le dénigrement systématique de tout ce qui est autre ou étranger.

Le mot en arabe regroupe toutes les formes de racisme, d’intolérance (politique, religieuse, sociale, raciale), de sectarisme, de préjugés, de réactions hostiles, injustes, motivées par la défense de ses intérêts. Nous garderons le mot ‘fanatisme’ pour traduire ce mot (‘asabiyyah) même s’il ne recouvre pas entièrement le sens présent dans le mot arabe (‘asabiyyah).

(1)sajiyyah, pl. sajâyâ : humeur, nature, naturel, aptitude, caractère, disposition affective.

www.lumieres-spirituelles.net N°91 - Ramadan et Shawwal1439 - Mai-Juin-Juillet 2018


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)