1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2018-01-14 | Readers 234 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Matoaka (fille du chef des Powhatana)


Matoaka (fille du chef des Powhatana)

(vers 1595/16-3-1617)

Matoaka (ou Amonute) était la fille du chef amérindien de la confédération de tribus Powhatana, Wahunsunacock (aussi appelé Chef Powhatan) de la région Tsenacommacah. Elle garda son surnom d’enfance « Pocahontas » (qui signifie « petite espiègle ») pour son caractère enjoué. Sa vie fut à l’origine de légendes et d’adaptations littéraires et cinématographiques (notamment de Disney). On connaît peu de choses de l'enfance de Pocahontas. On sait que sa mère décéda peu de temps après lui avoir donné naissance.

Selon une légende créée de toute pièce par la suite, Pocahontas aurait sauvé la vie d’un ambitieux mercenaire américain (John Smith) capturé par son père, alors qu’elle avait une dizaine d'années !!! La réalité est tout autre. Après une période relativement calme, elle fit face, à l’âge de 12ans, à l’installation permanente des colons anglais et à la fondation de la ville de Jamestown. L’expansion des colons créait des conflits permanents avec les Amérindiens qui voyaient leurs terres menacées.

Les affrontements étaient fréquents, peu propices à une bonne entente entre les Amérindiens et les Blancs. En octobre 1609, ce mercenaire John Smith fut victime d'une explosion de poudre et rapatrié en Angleterre. Pocahontas épousa par la suite un guerrier de sa tribu appelé Kocoum et résida à Passapatanzy, un village amérindien situé sur le fleuve Potomac.               

En mars 1613, elle fut enlevée par deux colons anglais dans le but de l'échanger contre plusieurs prisonniers anglais détenus par Chef Powhatan et des armes et outils pris en butin par les Powhatans. Chef Powhatan renvoya les prisonniers mais Pocahontas ne fut pas libérée. Elle fut placée à Henricus (une autre colonie anglaise) chez un prêtre anglais en vue de son évangélisation.

Un colon religieux anglais (qui avait perdu sa femme et sa fille), John Rolfe, s'éprit follement d'elle.Il se mit à lui apprendre les « bons usages » et la « courtoisie » anglaise chrétienne. Il la fit baptiser et lui donna le prénom de Rebecca. Il l’épousa en 1614 et l’installa dans sa plantation Varina Farms, située en Virginie à proximité de la rivière James et de la communauté Henricus. Ils eurent un enfant : Thomas Rolfe. Puis il décida de l’emmener en Angleterre pour la présenter aux gens (même à la reine, est-il dit) et ramener des fonds, Pocahontas étant un parfait argument de vente.

Cependant, Pocahontas ne s’adapta pas du tout à cette nouvelle vie et manifesta des signes de faiblesse. John Rolfe décida de retourner en Virginie en mars 1617. Mais leur bateau n'avait pas dépassé Gravesend (Kent) que Pocahontas tomba malade, sans doute touchée par la pneumonie ou la tuberculose. Débarquée à terre, elle mourut peu après. Son enterrement eut lieu le 21 mars 1617 dans la paroisse de Saint Lucas à Gravesend. Elle avait à peine 22 ans.

Pourquoi parler d’elle ? Parce que Walt Disney a transformé sa triste histoire – exemple des méfaits de la colonisation et de l’évangélisation forcée – en une belle histoire d’amour entre l’opprimée sans défense et l’oppresseur. Alors que Matoaka fut arrachée à sa culture, à son entourage spirituel, proche de la nature*, pour en faire un exemple de « civilisation » et d’« évangélisation ». Cela ne lui a apporté qu’une mort prématurée. Son histoire reflète les origines de la constitution des Etats-Unis.

**La fille étant considérée comme la fille de « la Mère la terre », et en tant que telle, elle est la dépositaire de toute sa sagesse et de sa spiritualité.

www.lumieres-spirituelles.net N°89 - Jumâdî' I et II 1439 - Février-Mars 2018


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)