1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2018-01-14 | Readers 433 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Sourate al-‘Âdiyât (les coursiers) 100 (1)


Sourate al-‘Âdiyât  (les coursiers) 100  (1)

سورة  العاديات

بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ

وَالْعَادِيَاتِ ضَبْحًا(1)فَالْمُورِيَاتِ قَدْحًا(2)فَالْمُغِيرَاتِ صُبْحًا(3) فَأثَرْنَ بِهِ نَقْعًا(4)فَوَسَطْنَ بِهِ جَمْعًا(5)

إِنَّ الْإِنسَانَ لِرَبِّهِ لَكَنُودٌ(6)وَإِنَّهُ عَلَى ذَلِكَ لَشَهِيدٌ(7)وَإِنَّهُ لِحُبِّ الْخَيْرِ لَشَدِيدٌ(8)

أَفَلَا يَعْلَمُ إِذَا بُعْثِرَ مَا فِي الْقُبُورِ(9)وَحُصِّلَ مَا فِي الصُّدُورِ(10)إِنَّ رَبَّهُم بِهِمْ يَوْمَئِذٍ لَّخَبِيرٌ(11)

Bi-smi-Allâhi ar-Rahmâni ar-Rahîmi,

Wa-l-‘âdiyâti dabhâ, fa-l-mûriyâti qad’hâ, fa-l-mughîrâti subha, fa-atharna bihi naq‘ann, fa-wasatna bihi jam‘ann

Inna-l-insâna li-rabbihi la-kanûdunn wa innahu ‘alâ dhâlika la-shahîdunn wa innahu li-hubbi-l-khayri la-shadîdunn

’A fa-lâ ya‘lamu idhâ bu‘thira mâ fî-l-qubûri wahussila mâ fî-s-sudûri inna rabbahum bihim yawma’idhinn la-khabîrunn

[la grâce du]Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux,

Par les coursiers rapides et haletants(1) qui font jaillir des étincelles,(2) puis qui attaquent au matin,(3) puis font voler la poussière,(4) puis pénètrent au centre de la troupe !(5)

6)en est témoin(7) et est très fort/sévère pour l’amour  du bien !(8)

(9) et que sera tiré ce qui est dans les poitrines,(10) leur Seigneur sera très bien Informé d’eux en ce jour ?(11)

Première approche de la sourate en nous aidant de l’interprétation de cette sourate de sayyed TabâTabâ’i dans « al-Mîzan », et de celles de sheikh Makârem Shîrâzî dans al-Amthâl, de sayyed Hassan al-Mustafawî dans son « Tahqîq fî kalimât al-Qurân al-karîm», de docteur Mahmoud Bostani dans « al-Tafsîr al-binâ’î lil-Qorân al-karîm », de shahîd al-Mutaharî dans son « Drûs min al-Qurân » (pp75-84), de sheikh Ibn ‘Arabî dans son « Tafsîr al-Qurân » et « Tafsir é Hoda » compilation traduite par sh. Ishak Vazirhoussen.

Pour faciliter la compréhension de la sourate, nous allons d’abord procéder par une première lecture globale, en repérant ces petits mots de liaison qui nous donnent de précieuses indications sur la structure et le contenu de la sourate.

Cette sourate comprend onze versets, le « Basmalah »(1) étant inclus dans le premier verset. Certains dirent qu’elle fut révélée à La Mecque à cause de sa petitesse, de son serment et de son sujet sur la résurrection. Mais la majorité penche pour Médineà cause de sa référence à la bataille de Dhâ al-Salâsil ou aux rites du Hajj (selon l’interprétation du mot  « al-‘âdiyât »).

PREMIÈRE APPROCHE GLOBALE

Si on considère la sourate d’une première approche globale structurale, on peut constater que le premier verset (après le basmalah) est introduit par un serment : présence de la particule « wa » suivi d’un nom au cas indirect (se terminant par un « i » (kasrah)). On peut remarquer quatre « fa » qui introduisent les quatre versets suivants, les rattachant au premier verset, c’est-à-dire les rattachant au serment. C’est-à-dire leurs contenus font partie des éléments sur lesquels le serment est fait.

Vient la « réponse du serment », ce pour quoi le serment a été fait. Elle commence par la particule « inna » qui est aussi une particule d’affirmation et de déclaration importante. Les deux versets suivants commencent par la coordination « wa » les rattachant à la réponse du serment.

Le troisième groupe de versets commence par l’interrogatif « ’a » (est-ce que ?) suivi d’une négation introduisant une phrase interro-négative de réprobation. Les versets suivants commencent, pour le premier, par la coordination « wa » le rattachant au verset précédent, et pour le second, par « inna » introduisant la complétive du verbe « ya‘lamu», situé dans le neuvième verset.

Récapitulons :

Ainsi, la sourate peut être divisée en trois parties liées les unes aux autres : 1-le Serment (v.1-5), 2-la réponse au serment (v.6-8), 3-l’interrogation réprobatrice (v.9-11).

Récapitulation des principales particules de cette sourate

wa : Particule + nom suivi au cas indirect = pour introduire un serment

wa: Particule de coordination reliant deux éléments de même nature (= et)

fa: Particule de coordination de deux phrases indiquant une succession de faits  (= et, alors, donc, puis)

inna:Particule de confirmation située en début de phrase, suivie d’un nom au cas direct nécessairement (c’est-à-dire se terminant par la voyelle « a ») ou d’un pronom suffixe, utilisée pour mettre en valeur le terme de départ, souvent traduite par « certes ».

inna: Particule introduisant la complétive du verbe « savoir »

’a:Particule d’interrogation = est-ce que ?

Comme nous l’avons dit précédemment le serment a pour objectif de mettre en valeur ce sur quoi le serment est fait et l’objet, la raison, la « réponse » au serment pour quoi le serment est fait.

Reste à découvrir le sens des principaux mots présents pour nous permettre d’avoir une idée du sujet de la sourate, même de façon apparente. Et nous vous laissons la déduire en attendant le prochain numéro.

Le vocabulaire concernant le serment :

 « al-‘âdiyât » = les coursiers rapides (chevaux ou chameaux)

« al-mûriyâti » = qui font jaillir des étincelles

« al-mughîrâti » = qui attaquent

« atharna »  = qui soulèvent

« naq‘ann »  = poussière

« wasatna bihi jam‘ann » = qui se trouvent au centre

A quoi ces éléments font-ils référence ? Pourquoi tous ces éléments sont-ils si importants pour que le serment soit fait en leur nom. Quel message Dieu (qu’Il soit Glorifié) veut-il faire passer ?

Quant à la réponse du serment :

« al-insâna » = l’être humain

« rabbi-hi » = son Seigneur

«kanûdunn » = ingrat

« shahîdunn » = témoin

« hubbi-l-khayri » = l’amour pour le bien

Un mot attire l’attention « ingrat » qui, sans aucun doute, explique ou justifie l’interrogation réprobatrice qui suit.

Quant à l’interrogation réprobatrice :

« ya‘lamu .. inna  » = sait… que

« bu‘thira » = renverser, bouleverser

« qubûri » = les tombes

« khabîrunn » = très bien informé

(1)Voir le sens du « Basmalah » dans la revue N°0 de la revue Lumières-Spirituelles. Nous encourageons le lecteur à y revenir.

www.lumieres-spirituelles.net N°89 - Jumâdî' I et II 1439 - Février-Mars 2018


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)