1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 849 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Rulman Merswin et Les « Amis de Dieu » (1307-1382)


Rulman Merswin et Les « Amis de Dieu »

(1307-1382)

Rulman Merswin est un mystique rhénan, qui ouvrit une voie originale en proposant une méta-physique d’intériorité en lien avec un mystérieux « Ami de Dieu », sorte de « guide spirituel », au sein d’une communauté d'un genre nouveau : l'Île verte, ouverte à quiconque veut se consacrer à Dieu, clerc ou séculier.                                                                                        

Rulman Merswin  naquit à Strasbourg en 1307 d’une importante famille de banquiers strasbourgeois, lui-même riche banquier respecté pour son intégrité. En 1347, il se retire de la vie publique avec sa femme pour mener une retraite spirituelle prenant le père Tauler(1) comme confesseur – quatre années de luttes et de mortifications qui l’amènent à une soumission absolue à la Volonté de Dieu.

En 1352, il fait la connaissance de l’« Ami de Dieu de l’Oberland »(2) qui devient son conseiller spirituel, son Maître intérieur, son confident, sans que personne autre que lui ne le voie. Pendant 12 ans, Rulman continue de mener une existence retirée jusqu’à ce qu’ils reçoivent tous deux, fin 1364, des injonctions d’en « Haut » de fonder une maison religieuse, un cloître à Strasbourg. En 1366, il fait l’acquisition d’un ancien couvent bénédictin à l’abandon, aux faubourgs de Strasbourg, en un lieu dit l’Ile Verte.

Rulman Merswin voulait faire de ce couvent « une maison de refuge où puissent se retirer tous les hommes honnêtes et pieux, laïcs ou ecclésiastiques, chevaliers, écuyers et bourgeois, qui désireraient fuir le monde et se consacrer à Dieu, sans cependant entrer dans un ordre monastique ».

Mais du fait des dissensions qui apparurent entre les cinq prêtres qui s’y installèrent, Rulman dut confier la direction de l’Ile Verte à l’ordre de St-Jean, « ordre de laïcs fondé sur la chevalerie et aussi distingué par la noblesse que par la piété de ses membres », qui prit possession des lieux en 1371. Rulman lui remit sa fortune et y mena une vie humble et cachée jusqu’à sa mort en 1382.

Ces cinq « Amis de Dieu » menèrent ainsi une vie recluse dans la solitude du Haut-Pays, voyageant pour visiter d’autres Amis de Dieu dispersés dans toute l’Europe, prenant le « chemin mystérieux qui va vers l’intérieur » dans la voie spirituelle en suivant les orientations de cet « ami de Dieu de l’Oberland »  transmises dans une série de missives (de 1363 à 1380) et d’écrits, parmi lesquels on peut citer Le Livre du Maître de la Sainte Ecriture, et Le Livre des Cinq hommes « qui décrit la société idyllique du Haut Pays », le Mémorial de la commanderie Saint-Jean de l’Ile verte de Strasbourg : Traités mystiques. 

Au retour d’un voyage de l’« Ami de Dieu » à Rome auprès de Grégoire XI, douze frères se réunirent  avec lui dans une forêt pour s’entretenir de l’état du monde et de l’église, du désordre universel qui leur faisait craindre la Colère divine. Ils eurent alors tous ensemble une même vision. En 1380, ils tinrent une seconde réunion au même endroit puis disparurent. Depuis plusieurs siècles, plus de traces non plus de l’Ile verte de Strasbourg. De même, on ne connait rien de cet « Ami de Dieu ».

Le rôle de Merswin fut d’avoir participé à la vulgarisation d’écrits théologiques, en composant plusieurs ouvrages et traités (dont Le livre des neuf rochers qui vient d’être traduit en français(2)). Notamment un pour exhorter ses contemporains à se ranger sous la bannière de Jésus-Christ et combattre « les esprits libres » qui suivent celle de Lucifer. Un autre, sur les trois degrés de la vie spirituelle, reproduisant un entretien fictif entre un prêtre qui reproche à maître Eckhart de prêcher des choses trop subtiles pour être comprises des fidèles. Dans son ouvrage Le Livre des neuf rochers, il décrit, sous la forme de dévoilement par la Vérité éternelle, la corruption de tous les états de la société ecclésiastique et laïque, annonce des châtiments célestes et explique comment les « Amis de Dieu » parviennent seuls à gravir les neuf rochers. Du sommet le plus élevé, il leur est donné de jeter un regard dans « l’Origine ». Ce livre était destiné à réveiller la chrétienté de son sommeil spirituel et à indiquer une voie possible pour ceux qui sont incertains.

Rulman Merswin livra un modèle spirituel original dans l’histoire de la spiritualité chrétienne – devenir aussi intime avec son maître spirituel, un Ami de Dieu lui-même, qu’avec Dieu, dans le cadre d’une communauté – alliant cheminement intime et réponse associative.

(1)Théologien mystique et prédicateur alsacien du XIVe siècle, disciple de Maître Eckart.

(2)Voir les Ed. Arfuyen

www.lumieres-spirituelles.net     No37  - Jamâdî II  1433 – Avril-Mai 2012


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)