1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 629 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

William Miller (1782-1849)


William Miller

(1782-1849)

William Miller était un prédicateur baptiste américain fortement influencé par l’eschatologie chrétienne. Il dirigea un mouvement protestant de réveil interconfessionnel entre 1831 et 1844, surnommé « le millérisme » ou « l’adventisme », annonçant le retour en gloire du Christ sur terre pour l’année 1844. Ultérieurement, ce message donna naissance à plusieurs mouvements adventistes, notamment à l’Eglise adventiste du septième jour.

William Miller naquit  le 15 février 1782  à Pittsfield dans le Massachusetts, d’un père vétéran de la  « révolution américaine » et d’une fille de pasteur. Très jeune, il s’intéressa à la lecture et se mit à fréquenter le courant « déiste », qui lisait les œuvres de Voltaire, de Hume et autres, estimant que la Bible était un livre démodé. Il adhéra même à la franc-maçonnerie.

La guerre qui éclata en 1812 contre la Grande Bretagne, ébranla ses certitudes déistes sur la bonté inhérente de l’homme et sur la mort comme une fin ultime. Il vit en la victoire de la nouvelle petite armée américaine sur la forte armée anglaise à la bataille de Plattsburg, un signe de la Providence, d’une Puissance plus forte que celle des hommes.

A son retour, en 1816, il quitta le déisme et la franc-maçonnerie et se mit à fréquenter l’église Baptiste, à étudier la Bible (l’ancien et le nouveau Testaments). Il devint convaincu qu’elle est une « révélation » de Dieu, qu’elle est « vérité » parce que Dieu est la Vérité. Il se mit à l’interpréter en suivant soigneusement des règles tirées de la Bible et en suivant sa foi dans le Dieu de la Bible. Il prit la Bible au mot et vit à travers elle la « Sagesse de Dieu », citant l’apôtre Paul :  « Ce Christ que nous prêchons manifeste la Puissance et la Sagesse de Dieu. » (Corinthiens 1-24)

Les soubresauts de la Révolution française incitèrent de nombreux étudiants à examiner les prophéties apocalyptiques des livres de Daniel et de l’Apocalypse. Après deux ans de recherche et d’étude systématique de l’ancien et du nouveau Testaments, avec l’aide d’une concordance biblique, William tira la conclusion, en 1818, en se basant sur Daniel 8-9, que le retour du Christ sur terre serait vers l’année 1843 - 1844. Conclusion qu’il publia en un petit livre intitulé : Evidences de l'Ecriture et de l'histoire de la seconde venue de Christ, vers 1843 et qui fut reprise par d’autres pasteurs comme Joshua Himes (1805-1895).

Ce dernier organisa le mouvement « millérite » et lui donna une forme interconfessionnelle alors que William Miller n’envisagea jamais de quitter sa congrégation baptiste. La non-venue du Christ en 1844, provoqua le « grand désappointement » ou la « grande déception ».

Fatigué et malade, exclu de son église, devenu aveugle, Miller se retira en 1848 et mourut le 20 décembre 1849.

Cependant, le millérisme donna naissance à un mouvement mondial de proclamation de retour du Christ, doctrine des Evangiles qui avait été oubliée ou repoussée loin dans l’avenir. Il provoqua un regain d’intérêt pour l’étude populaire de la Bible (l’ancien et le nouveau Testaments) et des prophéties apocalyptiques des livres de Daniel et de l’Apocalypse parmi les protestants et l’apparition d’une importante littérature sur la pensée eschatologique chrétienne. La croyance en la venue du Christ fut ainsi confirmée dans la conscience de beaucoup d’Américains, la repoussant à une date ultérieure, pour après le « millénaire d’Apocalypse 20 ».

La profession de foi des Evangéliques ou Evangélistes, commune à tous les courants évangéliques, se construit

-sur le biblicisme, (considérations sur la centralité de la Bible),

-une christologie qui inclut la naissance virginale du Christ et le principe de l’« incarnation », la réalité et l'historicité de ses miracles et surtout sa « résurrection »,

-la doctrine du sacrifice subrogatoire du Christ (« Attaché à la Croix pour délivrer le monde de ses péchés »),

-le conversionnisme (« reconnaître » l'œuvre du Christ par repentance, et faire la démarche d'un choix personnel pour « recevoir » le « don » du salut inaliénable correspond à une nouvelle naissance (ou régénération en langage théologique), indissociable de la qualité de chrétien).

www.lumieres-spirituelles.net     No34  - Rabî‘ I 1433 – Février 2012


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)